Belascain : FCV-RSC Saves -Comminges résultat

Dimanche 7 mai, les Bélascain du FCV se déplaçaient à Calmont pour y affronter le RSC Saves -Comminges (entente Lombez /Cazères/Le Fousseret). Les deux équipes sont très proches l’une de l’autre avec un parcours quasi-similaire. A la fin des phases qualificatives 4e de leur poule respective.

 

Une équipe gersoise très physique, alignant de « beaux poulets » (paroles de spectateur). A croire que le niveau de la poule des Savistes était plus relevé. L’effet de surprise passé, c’était une marche immense qui se dressait devant nos rouges et blancs. La vérité est simple et avec du réalisme on peut écrire que gagner se mérite, même si souvent cela pique, cela pique très fort !

 

Le RSC donne le coup d’envoi du match et, par ses avants, obtient dès la 1e minute une pénalité pour mener 3 à 0. La partie est lancée sur un gros tempo. Le public est bien présent, se fait entendre, soutient et pousse avec les Belascain. Les Villefranchois s’approprient les ballons, bien décidés à faire la différence, ils multiplient les cocottes gagnantes, concassant au passage les avants Savistes, pour inscrire 3 essais (10e-20e-35e). Caquetons, un peu, sur les cocottes, dont une poussée sur 35 m, des ballons portés, si bien portés, qu’après avoir passé la ligne, deux essais seront manqués. Disposés sur la ligne de front, souvent nombreux dans un petit périmètre, c’est devant que se mesurent les forces, l’orgueil et l’agressivité de l’adversaire. Les avants Villefranchois croquent de la cuisse, multipliant les placages autour des mauls et sorties de mêlées Dans ce rapport frontal les avants villefranchois prennent l’avantage. Les chocs sont durs, l’opposition est âpre, rude. Un vrai combat de mirmillon, non de coqs (paroles de spectateurs)). A ce jeu, on est obligé d‘y laisser quelques plumes. Les villefranchois ne s’en sortent pas si mal. 2 pénalités (15e-25e) pour les rouge et blancs portent le score à 21 – 3.

 

La deuxième période ne va pas ressembler à la précédente. Villefranche attaque crânement tous les ballons, les Savistes défendent bec et ongles, ils rivalisent en attaque, mais pêchent dans la finition. Une occasion de scorer leur est, peut-être, donnée, l’arbitre décide autrement. Nos poulets prennent coup sur coup « une biscotte » blanche et « une » jaune. A ce jeu, l’adversaire comptabilise aussi 2 jaunes et un rouge. Avec leurs arguments habituels de solidarité et d’envie, les avants du FCV s’emploient avec efficacité à faire face aux assauts quelque peu désordonnés des Savistes. Notons tout de même que le RSC ne lâche rien. Dans le combat, bec à bec, ça ne picore pas, ça pique fort. Ils infligent aux Villefranchois quelques corrections nasales pour lesquelles Cyrano aurait eu matière pour écrire trois tirades de plus. L’arbitre siffle la fin des hostilités sur un score de 21 à 3.

 

Dommage que les Belascain du FCV aient décidé de mettre le couvercle sur la cocotte à la mi-temps. Pour les Bélascain du FCV, la compétition continue, ils joueront, dimanche 14 mai, les 16e de finale en championnat de France.

 

Bon anniversaire « poulet » expression lancée, par Laurent. Lequel ne sait, peut-être pas, qu’il s’adresse à un jeune homme, qui a joué en catégorie poussins au FCV et qui aujourd’hui n’a plus son duvet. Preuve en est sa moustache et ce malgré son jeune âge. Un jeune homme qui gardera longtemps en mémoire deux évènements heureux de ce 7 mai 2017 : la victoire partagée avec tous ses amis, ses copains et la fête pour ses 20 ans. Epilogue : Combien les copains ont-ils été précieux et généreux d’offrir sur le terrain des cocottes gagnantes à Jérémy et sans vouloir donner trop de légèreté à la plume, Jérémy c’est vu offrir une cocotte à poil. Ce qui est, il faut le souligner, une variété d’une rareté exceptionnelle.

 

Michel RAMOND