• FOOTBALL CLUB VILLEFRANCHOIS - Rugby à XV

David Sanchez : “Le FCV est un club aimant et accueillant”

David Sanchez dit Sancho
Date de naissance : 18/04/1986
Métier : Commercial dans les matériaux de construction
Taille : 1m85
Poids : 97 kilos
Signe astrologique : Bélier
Qualité principal : Têtu
Défaut principal : Têtu
Ancien club : Tournefeuille et Auch

 

 

C’est un coup dur pour les Séniors du FCV qui perdent un cadre de leur équipe en cours de saison. David Sanchez quitte la France pour une nouvelle aventure à l’étranger. “Un guerrier sur le terrain” confient certains, “un leader dans le groupe” admettent d’autres, mais tous s’accordent à dire que “Sancho” est un homme valeureux, rugueux sur le pré, mais adorable en dehors. Son départ, sa dernière à la maison et bien sûr le FCV, Sancho à coeur ouvert avant son dernier match avec le maillot rouge et blanc.

 

Sancho s’en va mais laissera des souvenirs à certains ! ©OvalieDeValou (Saison 16-17 / Contre Gaillac)

 

Comment tu as vécu ton dernier match à la maison contre Castelnaudary ?

“Je n’y ai pas vraiment fait attention lorsque je suis sorti en premier dans le tunnel, mais je l’ai surtout remarqué lors de la minute de commémoration du 11 novembre. Ca te remplit d’émotions, une sensation de chaud dans le coeur, tu as envie de tout donner pour ta dernière à la maison. Une fois tous ensemble dans le vestiaire à la fin du match, j’ai repensé à tous ces bons moments avec eux. Ils m’ont souhaité bon voyage, bonne continuation mais je pense que ce sera surtout le retour dans le bus après Malemort qui clôturera ces belles années (rires).

Peux-tu nous raconter ta future aventure ?

“Ma compagne a eu une opportunité professionnelle que l’on a décidé de saisir. Direction le Canada. On va commencer par la région de Montréal puis on bougera un peu dans le pays ensuite. Il est possible que je fasse un changement professionnel sur place qui sera sûrement lié au sport et plus précisément à la lutte. Le sport est un besoin essentiel pour moi. Ca nous tarde un peu c’est vrai, on aime l’aventure, on était déja parti en Nouvelle-Zélande quelques années en arrière. Cependant, lâcher le rugby comme ça, prématurément, dans une saison c’est un peu difficile pour moi. Je vais m’y faire puisque j’avais pris la décision d’arrêter à la fin de la saison mais ca fait tout de même quelque chose.”

Il faut être au moins deux pour arrêter l’élan du néo-canadien ! ©OvalieDeValou Saison 16-17 / Contre Balma)

Le FCV, ca représente quoi pour toi ?
“D’abord et surtout des valeurs. Un club encore attaché au clocher malgré ce que l’on peut entendre. Je pense que le FCV a été malmené à tort ces dernières années. C’est un club aimant et accueillant, et pour ma part j’ai passé de très belles années dans ce club. Le public est toujours présent. On sent un peu plus d’engouement des Villefranchois lors des phases finales, le village se mobilise beaucoup pour le club à cette période. Il y a toujours un socle de fidèles, ils se reconnaîtront, qui sont toujours là à domicile comme à l’extérieur. Sur l’aspect sportif, j’ai eu l’opportunité de faire un peu de capitanat et c’est ce qui m’a donné encore plus de confiance dans mon jeu. J’ai toujours été satisfait du niveau, on a toujours joué le haut de tableau et les phases finales. Il faut bien se rendre compte que c’est une chance que tous les clubs n’ont pas. Après humainement, j’ai aussi eu la chance de rencontrer de très belles personnes.”

 

San « cho-devant » ! ©OvalieDeValou (Saison 14-15 / Contre Lavaur)

Racontes-nous tes meilleurs souvenirs au FCV

“Mon meilleur souvenir ? (Il réfléchit). Je pense que c’est notre victoire à Céret en phase finale. On passe un tour cette année-la et on retrouve Céret qu’on avait dans la poule, et lors des phases on gagne ici et la-bas. C’était un match assez compliqué je me souviens mais très content d’avoir gagné chez eux. Les phases finales contre Lavaur font aussi partie de mes souvenirs gravés. Un moment génial. L’engouement des supporters lors de ces deux matchs mais aussi de voir que Lavaur avait joué le jeu au retour. Je me rappelle que les Vauréens s’étaient arrêtés sur le rond point de Villefranche en nous faisant payer une sorte de péage. Une super ambiance en tout cas ! Evidemment la naissance de ma fille est mon meilleur souvenir à Villefranche. Ca m’avait même fait louper le match à Mauléon (rires).”

♫ Tout le village, il est làààààà ♫ ©OvalieDeValou (Saison 14-15 / Contre Lavaur)

Et justement, si je te dis “tout le village il est là” ?
“Tout le village il est laaaaa (chantonne-il). Je répond bien-sûr : Les Ultras !”

Et bien-sûr : plaquer aux jambes ! ©OvalieDeValou Saison 14-15 / Contre Lavaur)

Un conseil pour les petits jeunes qui vont arriver en sénior ?

“Je pense que pour réussir ici ou dans le rugby en général, tu dois t’accrocher, rien lâcher et surtout être honnête avec toi même. Le plus important c’est de ne pas tricher et de toujours garder en tête les valeurs principales du rugby.”

 

 

Un dernier mot ?
“Je ne peux pas partir sans dire un mot sur Michel Billac. Une énorme pensée à lui, c’était un très, très grand monsieur. Sa perte a été un moment très difficile pour moi mais aussi pour tout le groupe et tout le club.

 

Il dit d’eux :

Le plus drôle :
“Le plus drôle au FCV ? Oh Cricket ! »
Le plus fort au rugby :
“Anthony Pradalié aurait certainement pû jouer beaucoup plus haut.”
Le plus travailleur :
“Dorian Lafon”
Le plus bringueur :
“Maniac !”
Le plus coquin :
“Juan ! Bien évidemment”

On dit de lui :

Ludovic Saffon, entraîneur de l’équipe B et ancien coéquipier de David : “Déja Sancho, je veux le remercier parce que j’autichais pas mal sur le terrain et il m’a sauvé une paire de fois. C’est vraiment un mec adorable, un super joueur, un guerrier. C’est un mec qui met le museau là ou peu de joueurs mettraient la ferraille. Avec lui tu peux voyager tranquille même chez les Catalans. Merci pour tout, pour ces sept années. En espérant te revoir dans quelques années où on pourra se raconter les vieilles histoires qu’on a vécu. Bisous poulet.”

Mathieu Mignonat, troisième-ligne du FCV : “David, je tenais à te remercier pour ces sept années passées avec toi. Ensemble, on a vécu de bons et de mauvais moments sportifs, mais humainement, tous les souvenirs sont bons. Même dans ces moments difficiles, tu as été, pour moi comme pour les autres j’imagine, un leader, un exemple à suivre qui nous a permis de relever la tête. Toi et ta famille, vous avez fait un choix courageux et je pense que le courage est souvent récompensé. Je te souhaite donc beaucoup de réussite et d’épanouissement dans cette nouvelle vie et a bientôt Sancho !”


Nicolas Hallinger, entraineur du FCV :
“C’est un des joueurs qui m’ont fait venir à Villefranche. J’ai senti que c’était un garçon attachant qui collerait à ce que je propose : de la rigueur, de la méthode et de la générosité. En plus d’être un bon joueur, c’est super bonhomme. Même si on est en Fédérale 2, c’est un joueur très professionnel. Je ne suis pas un mec à lancer des fleurs sur les gens, mais je sais reconnaître la valeur des hommes. Tu sais qu’avec Sancho, tu peux partir à la guerre. Un moment qui résume bien Sancho c’est ce soir. C’était son dernier entraînement du mercredi avec nous, je le punis. Les mecs sont partis se doucher et je le garde avec moi pour faire mon jeu du carré (ndlr : ce jeu consiste à plaquer, se relever, porter un autre joueur et faire une roulade à plusieurs reprises). On a fait ce jeu avec les deux argentins et lui pour le “punir”. En vérité, c’est surtout pour prolonger les derniers bons moments ensemble. Et Sancho, au lieu de rechigner, de dire “pourquoi moi”, il m’a dit “j’arrive” et il s’y est filé comme si c’était trés important pour lui. Des garçons comme lui sont en train de faire changer l’état d’esprit de l’équipe. C’est une perte plus qu’importante pour le groupe”

Mathieu Julien, deuxième ligne au FCV : “Avec Sancho, on est arrivé en même temps à Villefranche donc ca fait sept ans qu’on joue ensemble. Sur le terrain, il est toujours égal à lui même peu importe le match. C’est un mec avec d’énormes valeurs et qui va beaucoup manquer, sur le terrain comme en dehors. Je lui souhaite une superbe aventure là-bas. »

 

Poussez avec Sancho ! ©OvalieDeValou (Saison 13-14 / Contre Agde)


Julien Sidobre, ancien entraîneur de l’équipe 1 :
“Sancho, c’est un guerrier, un combattant et un leader naturel. Je savais qu’il avait déjà tenté une aventure dans l’hémisphère sud quand il était plus jeune. Je pense que c’est quelqu’un qui a besoin sans cesse de nouveau challenge. Je me rappelle lors d’un certain match de phase finale retour contre Mauléon. Il a eu sa petite fille ce jour-là et donc n’était pas avec nous. Pour moi qui était coach, c’est toujours difficile de se priver d’un tel joueur mais ce qu’il a vécu, c’est bien plus important qu’un match de rugby. Lors du discours d’avant-match, on avait eu un mot pour lui et on avait vraiment à coeur de remporter ce match pour lui. Je lui souhaite bonne chance pour son nouveau départ et je pense qu’on aura un bel ambassadeur du FCV au Canada”Nicolas Faure, président du FCV : “Ca a été un joueur exemplaire qui a toujours amené sa bonne humeur. Je pense qu’il a toujours été apprécié de ses coéquipiers mais aussi par les supporters. On s’était rencontré pour discuter de sa signature et j’avais immédiatement adhérer à l’homme qu’il était.”

Un dernier câlin avant le départ et encore merci pour tout ! ©OvalieDeValou (Saison 14-15 / Contre Lavaur)